lundi 18 décembre 2017

Sucre noir, Miguel Bonnefoy

Miguel Bonnefoy n'en est pas à son coup d'essai. A 31 ans, ce professeur de profession d'origine vénézuelienne, a déjà plusieurs nouvelles et romans à son actif, dont Le voyage d'Octavio, distingué par de nombreux prix. Sa dernière parution, Sucre noir, est un récit d'aventure à la Stevenson, qui nous emmène dans les Caraïbes. 


Libres pensées...

Il y a plusieurs siècles, le navire du capitaine Henry Morgan est venu s'échouer dans les Caraïbes. La légende veut qu'il transportât un trésor depuis porté disparu... attirant les chercheurs d'or. Parmi eux, Severo Bracamonte, qui va séduire l'héritière Serena Otero. Ensemble, ils recueillent une petite fille, Eva Fuego, qu'ils élèvent comme leur propre fille, et deviendra une femme impétueuse et avide.

Sucre noir raconte une véritable chasse au trésor, s'étalant sur deux générations, et peuplée de personnages très romanesques, qu'il s'agisse du laid et patient Severo, de la belle et romantique Serena, ou bien entendu d'Eva Fuego, au tempérament de feu et à la poigne de fer, vouée à vivre dans la plus stricte solitude, couvant son trésor comme un enfant fragile.

Miguel Bonnefoy ne s'embarrasse pas de fioritures, il nous emmène au coeur de l'action, anime pour nous ce qui tient de la légende, du conte, et nous divertit avec talent, car l'on ne sait pas où il veut en venir, quels rebondissements il nous réserve. On ne s'ennuie pas un instant, l'illusion est parfaite, faisant de Sucre noir un récit exotique et haletant, au cadre presque fabuleux.

Indéniablement, le roman d'aventure de l'année !


Pour vous si...
  • Vous êtes un adepte des romans d'aventure

Morceaux choisis

"A partir de cet instant, la chasse au trésor n'eut plus le trésor pour objet. Ses nombreuses recherches se changèrent en autant de prétextes pour rester dans la ferme. Il quittait l'époque silencieuse des excavations, des nuits solitaires dans la forêt."

"Serena la regarda droit dans les yeux :
- Tu es maintenant la femme de la maison.
Eva Fuego voulut lui répondre qu'elle était maintenant la femme de ce monde. En secret, elle savait qu'elle ferait des hommes ses sujets, du village son royaume. Elle aurait la puissance de l'excès, le goût de l'impossible, comme un horizon de fièvres, et une voix intérieure lui chuchoterait le discours des reines.
Ce jour-là, sans ancêtre ni héritier, Eva Fuego rejoignit, au moment du départ de Serena, la race des fauves qui ne connaissent pas de limite, de ceux qui, livrant combat contre eux-mêmes, étreignent plusieurs vies en une seule existence."


Note finale
3/5
(cool)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire